Le coeur de la ville
Le coeur de la ville
zoom
zoom
zoom
zoom
zoom
zoom
zoom
zoom

La voirie

Deux systèmes d'orientations ont été mises en évidence, l'un NS/EO, sur la butte, déterminant des îlots rectangulaires d'environ 110 m par 90 m;  l'autre oblique, dans le secteur ouest. Ce dernier est contemporain de la phase de réaménagement que connaît la ville au milieu du second siècle de notre ère.

Cardo et decumanus maximus

Le cardo et le decumanus maximus sont les axes fondateurs de la ville. L'axe nord-sud est pérennisé par les rues Rabanesse, Vercingétorix et Ballainvilliers. Le tracé du decumanus maximus reste incertain en l'état actuel des recherches. En général, le forum des villes gallo-romaines est situé à l'intersection de ces deux axes.

La voie d'Agrippa

Elle a été observée en deux points de son tracé à l'entrée d'Augustonemetum (Chamalières, avenue de Royat ; Clermont-Ferrand, rue G. Péri). Elle est constituée de plusieurs niveaux d'empierrement, représentant 5 états différents. Son épaisseur, d'environ 1,50 m, témoigne d'une durée d'utilisation importante, du début du Ier siècle ap. J.-C. jusqu'au haut Moyen Age.

La différence entre voie et rue

Le terme voie désigne les axes créés par les romains et reliant les villes entre elles. Les voies sont par conséquent de dimensions importantes. La chaussée de la voie d'Agrippa atteint 12 m de large. Les rues, appelées également décumanes (rues est-ouest) et cardines (rues nord-sud) correspondent aux axes de circulation à l'intérieur des villes. Mis à part les axes majeurs comme le cardo et le decumanus maximus, les rues d'Augustonemetum sont de largeur plus réduites, avoisinant 6 m en moyenne.

Avec la collaboration de
LE BARRIER Christian
La fondation

Traditionnellement, la ville aurait été créée lors de la fondation de la voie d'Agrippa Lyon/Saintes reliant la capitale des Gaules (Lyon) à Saintes, capitale de l'Aquitaine.

lire la suite...
La construction

La création d'une ville nécessite en préalable une parfaite connaissance du milieu et de ses ressources. La construction d'un édifice public est en soi une vaste entreprise qui met en oeuvre des compétences humaines et une chaine d'activité : ouverture de carrière, déboisement, voie de chantiers, transport, acheminement, construction de fours métallurgiques, de fours à chaux, de fours à terre cuite, de charbonnières...

lire la suite...
La voirie

Deux systèmes d'orientations ont été mises en évidence, l'un NS/EO, sur la butte, déterminant des îlots rectangulaires d'environ 110 m par 90 m;  l'autre oblique, dans le secteur ouest. Ce dernier est contemporain de la phase de réaménagement que connaît la ville au milieu du second siècle de notre ère.

lire la suite...
L'alimentation en eau

Dans les villes romaines, l'eau était très présente sur le domaine public (thermes, sanctuaires, latrines, fontaines) et dans les maisons (puits, thermes privés, bassins...).

lire la suite...
Les quartiers résidentiels

Des quartiers résidentiels se sont développés sur les versants de la butte aménagés en terrasse dès le début de l'Antiquité. Le plus important est celui qui occupe le versant oriental. Un autre quartier est identifié sur le piémont sud.

Les domus ou demeures de style, s'installent généralement en bordure du quartier monumental. Elles traduisent la position sociale de leurs habitants, notables de la ville et leur degré de romanisation, comme en témoigne la richesse des parures et des décorations.

lire la suite...

Glossaire

ask.pngCardo
ask.pngDecumanus
ask.pngAGRIPPA